Smart Territoire Alsatis Réseaux Télécom THD Radio

Smart City, Smart Territoire, un concept qui peut en cacher d’autres !

Les collectivités, assoiffées de développement de nouveaux usages et services au bénéfice de notre bien-être collectif et de notre environnement, se sont emparées des concepts « Smart City » et « Smart Territoire ». Nous assistons ainsi régulièrement aux démonstrations, parfois hasardeuses mais passionnées, de projets toujours plus innovants qui font l’apologie du dernier lampadaire connecté ou du trottoir intelligent…

Difficile de faire preuve de discernement sur ce sujet qui semble porter la promesse de bénéfices communs pour les citoyens et d’économies dans des domaines très variés. D’intenses réflexions sont ainsi menées afin de construire l’infrastructure de connectivité des territoires et de la ville de demain. Bien sûr, les déploiements fibre optique permettent déjà de répondre à une partie des besoins mais la généralisation de capteurs et des objets connectés rend nécessaire la mise en œuvre d’infrastructures adaptées à cet écosystème spécifique. Les solutions radio de nouvelle génération y répondent et ALSATIS témoigne.

Smart Territoire : quels enjeux pour les collectivités ?

En effet, les enjeux de ces mutations de la ville et de nos territoires sont considérables pour notre société. La gestion énergétique, le suivi de la qualité de l’eau, de l’air, la collecte des déchets, sont autant de domaines dans lesquels l’intelligence connectée permet d’importants progrès. 

Ils doivent également s’inscrire dans un modèle économique équilibré voire vertueux. Une adaptation dynamique de l’intensité de l’éclairage ou l’optimisation des collectes de récupérateurs à verre sont des exemples significatifs de sources d’économies réalisables par les collectivités grâce à ces réseaux de type « Smart City ».

Il peut cependant s’avérer délicat d’identifier, parmi une offre abondante et souvent trompeuse, la solution de connectivité adaptée aux besoins et compatible avec l’infrastructure existante. L’évolutivité et la multiplication future des usages doivent pouvoir s’envisager avec sérénité sans mettre au défi les directions du numérique des collectivités dès le moindre ajout d’objet ou implantation de données. Nous souhaitons ici partager nos éléments de réflexion.

Alors, un réseau IoT évidemment, mais avec quelle infrastructure de collecte ? Ouverte ou fermée ? Comment intégrer dans cette nouvelle plateforme l’ensemble du périmètre existant ? Et quel opérateur ?

Autant de questions qui suggèrent de maîtriser la donnée et son infrastructure de collecte. Cela garantit une cohérence globale : sécurité des informations, disponibilité du réseau, évolutivité et ouverture aux nouveaux usages mais également optimisation des coûts induits.  

Maturité de l’écosystème des objets connectés

Alors que la 5G (encore dans les cartons !) semble être candidate pour répondre à tous les besoins numériques d’avenir des usagers et des territoires, le marché s’impatiente du manque de visibilité et des limites qualitatives des services proposés : De nombreux territoires numériquement défavorisés observent en effet tout juste l’arrivée de la 4G et constatent des niveaux services encore largement incompatibles avec un usage professionnel ou spécifique.

A l’inverse, les solutions de connectivité ultra bas débit apportent déjà une grande maturité dans l’écosystème des objets connectés. Elles constituent aujourd’hui la référence pour élaborer une architecture radio de collecte de données à coûts limités et avec un large éventail d’objets compatibles.

Lorawan Alsatis Réseaux smart territoire

Dans l’optique d’une maitrise de l’infrastructure et d’une réduction des coûts récurrents associés à l’utilisation de réseaux opérés (position ALSATIS), la technologie LORAWAN ouverte et standardisée se démarque et répond efficacement aux questions précédemment soulevées. Cette normalisation est un critère essentiel garantissant l’interopérabilité de la solution, favorisant ainsi l’intégration du plus grand nombre de capteurs ou objets avec une interprétation simplifiée des données.

L’IoT comme composante de l’aménagement numérique global

Néanmoins, même si cette technologie démontre pleinement sa légitimité pour répondre aux projets d’avenir de nos territoires, ALSATIS préconise largement d’intégrer cette solution à une composante numérique radio globale qui contribue en complément de la fibre optique, à assurer la complétude numérique du territoire. C’est bien dans une démarche globale et cohérente que le concept Smart Territoire peut démontrer ses bénéfices avec agilité et justesse. En s’appuyant sur un réseau d’infrastructure existant et en agrégeant cette nouvelle économie au modèle général, l’investissement public dans la technologie IoT prend tout son sens.

Dans ce contexte, il devient plus facile de mener une réflexion globale à l’échelle du territoire en nourrissant avec l’ensemble des usagers (syndicat d’électricité, régie des eaux, régies de transport, gestion des déchets, aménagement numérique, police et services de secours, etc.) la réflexion sur les nouveaux services innovants tout en inscrivant durablement ces actions dans un programme d’aménagement numérique global et cohérent.

Aujourd’hui, avec la fédération Infranum, ALSATIS participe déjà à des groupes de réflexion et d’échanges avec les collectivités pour apporter des réponses sur la faisabilité et la coordination des besoins numériques de nos territoires. A ce propos, ALSATIS déploie déjà une première nappe IoT sur le réseau THD radio de l’Isère, dont la direction numérique a compris depuis bien longtemps l’intérêt d’une infrastructure radio multi services appuyée sur son réseau fibre optique.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le déploiement massif de la fibre optique n’écarte pas les solutions hertziennes de l’écosystème des télécoms, il les encourage ! ALSATIS le répète souvent « La fibre optique est la meilleure amie de la technologie radio » … Le monde interconnecté de demain vise les hommes, les objets, les bâtiments voire au-delà. Impossible de l’imaginer sans connexion radio pour récolter les données et sans fibre optique pour les acheminer !

Mai 2020

Fermer le menu